Poèmes, histoire de politique, économie, écologie, animaux etc. / Histoires de plumes / Le Plumorum : Forum de claviardages littéraires, artistiques, philosophiques, spirituels, sur les actualités...

Le Plumorum : Forum de claviardages littéraires, artistiques, philosophiques, spirituels, sur les actualités...


Forum pour lecteurs, artistes, poètes, écrivains, cinéphiles, internautes, humains... Venez partager vos passions, expériences de voyages, culinaires, discuter art, culture, actualité...

Vous n'êtes pas identifié(e).

/ JdP / -- Personne Personne


#1 2016-10-01 16:46:58

Pascal
Administrator
Lieu : Toulouse
Inscription : 2011-05-16
Messages : 230
Site Web

Poèmes, histoire de politique, économie, écologie, animaux etc.

Bonjour !
Vous trouverez ci-après quelques textes que j'ai scribouillés au cours du mois de septembre.
Voilou aussi une compilation de divers docs, vidéos et articles, que je vous invite vivement à regarder / lire (par rapport aux élections présidentielles françaises qui se profilent pour l'horizon 2017, l'environnement économique, social, pour la nature, la culture) : Histoire de politique, économie, écologie, animaux et alimentation, religion : http://pascal.lamachere.free.fr/index.php?post/2016/10/01/Histoire-de-politique%2C-%C3%A9conomie%2C-%C3%A9cologie%2C-animaux-et-alimentation%2C-religion%2C-Islam
* Parole d’honneur
https://www.youtube.com/watch?v=R7uBNJl3otY&index=10&list=FL52yOGvUSATyZdjL_2-DehA
http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/parole-dhonneur/
* Quand le Nord s’inspire du Sud : http://www.revue-ballast.fr/nord-sinspire-sud/
Extraits : « Quand je suis arrivée en France de mon Chili natal, au début des années 1980, j’entendais souvent cette phrase : « L’Amérique est en avance. » J’avais beau n’avoir que dix piges, et scotcher sur Starsky et Hutch le dimanche comme tous les gosses, le terreau culturel et politique où j’avais poussé m’avait déjà appris à me méfier des phrases inachevées. Je pensais : « Pourquoi ils appellent "Amérique" les USA ? » Et puis « En avance ?… OK, mais pour aller où ? » Aujourd’hui, nous connaissons la destination du « rêve américain », puisque nous y sommes. Un monde où 85 hommes détiennent autant de richesses que la moitié de la population mondiale, mais où la lutte des classes fait office de relique ; un monde où, dans un des cinq pays les plus riches et « développés », la France, pour ne pas la nommer, une femme meurt tous les trois jours sous les coups d’un homme de son entourage ; un monde où la blancheur de la peau demeure la meilleure protection contre les crimes policiers1 ; un monde où la planète est si polluée que les cordons ombilicaux sont saturés de pesticides, où des écosystèmes sont ravagés et des catastrophes qualifiées de « naturelles », un monde où l’on assiste à la catastrophe humanitaire de millions de migrants cherchant refuge auprès d’une Europe opulente et amnésique, à la privatisation des biens publics et la publication de la privacité, à l’atomisation des sociabilités, à l’anomie et à la solitude des métropoles, à la menace terroriste amplifiée par les États qui y trouvent une formidable aubaine pour faire passer leurs réformes impopulaires et criminaliser toute forme de radicalité… Bref, une ploutocratie préfasciste, dont Trump est la parfaite illustration. »
« Pour nous, activistes décoloniales, il est clair que nous sommes en plein virage — d’où les nombreuses sorties de route. Et nous savons aussi que nous ne verrons pas l’aboutissement de notre vivant de ce tournant ; nous avons aussi tout à fait conscience que l’on n’abat pas un système vieux de 524 ans en quelques décennies : il est question de changement de paradigmes et d’échelles, de valeur, et de grandeur. Mais pour nous, une chose est certaine, c’est que s’il reste une chance à ce monde globalisé de se métamorphoser (comme le souhaite Edgar Morin) ou (comme ambitionne de faire la revue Ballast) de rassembler ce qu’il y a de plus fécond dans les trois principaux mouvements d’émancipation nés en Europe dans le giron de la révolution industrielle — le communisme, le socialisme et l’anarchisme —, il va falloir composer avec ce qui pour nous est et sera la grande aspiration révolutionnaire du XXIe siècle, c’est-à-dire la décolonialité. Peut-être même que nous finirons par adopter un suffixe en -isme, et ce dans l’objectif clair et précis de rénover les utopies et de détruire le système capitaliste-racial-patriarcal. Cette chimère à trois têtes qui sait parfaitement s’adapter à tous les contextes humains, polymorphe et coriace, changeant d’apparence en fonction de l’environnement et des situations. Attaquées séparément, une des trois têtes prend les commandes, visibilisant un type de domination, les deux autres mises en sourdine continuent à nourrir celle qui fait face tout en assurant les arrières : combattues isolément, les trois têtes constituent une entité invincible. Nous, nous vous proposons de « faire d’une pierre trois coups » en visant le cœur de ce monstre qui terrorise nos vies depuis si longtemps, pour enfin changer d’ère. Rien de moins. »
* Que demande le peuple ?
https://www.youtube.com/watch?v=1u0r6c3k9DM&index=8&list=FL52yOGvUSATyZdjL_2-DehA
http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/que-demande-le-peuple/
* Audition programmatique #11 - Constituante - Madame Mabrouka M'Barek, députée constituante tunisienne, aux auditions programmatiques de JLM2017 : https://www.youtube.com/watch?v=I3yUcq2_umA
* Dossier : Une histoire de démocratie - république : http://pascal.lamachere.free.fr/index.php?post/2016/07/23/Une-histoire-de-d%C3%A9mocratie-r%C3%A9publique
* Court métrage : Jeu de société : https://youtu.be/EwK9glIxIoo
Présentation : Nicolas va rencontrer la famille de sa fiancée Victoire. Pour leur plaire, il va devoir jouer à un jeu de société qui dure depuis des générations.
* Vivre l’utopie : https://www.youtube.com/watch?v=-wLH8veaVrw&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=100
* Bernard Friot "La conférence gesticulée" : https://www.youtube.com/watch?v=ZuZz9NSOh10&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=6
* Conquérir la souveraineté populaire, sur la valeur et sur la monnaie : http://www.dailymotion.com/video/x27bph2_bernard-friot-et-frederic-lordon-chez-tropiques_news
* Islam ou islamisme
https://www.youtube.com/watch?v=P1xoco2wTuQ&index=1&list=FL52yOGvUSATyZdjL_2-DehA
http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/islam-ou-islamisme/
* Leçons et conséquences d’un été révélateur : La construction progressive des conditions de pogromes : http://www.investigaction.net/lecons-et-consequences-dun-ete-revelateur-la-construction-progressive-des-conditions-de-pogromes/
* Un seul monde ? : http://www.investigaction.net/un-seul-monde/
Extrait : « Que reste-t-il contre les avancées de ce racisme, de la violence, de la confessionnalisation des luttes, contre cette pseudo-libre concurrence source de paupérisation absolue, contre la bêtise politicienne électoraliste ?
Affirmer, à notre tour, l’unité du monde mais sans exiger que pour y vivre, il faille être « comme tous les autres ! ». Le monde unique est au contraire le lieu où existe « l’infinité des différences », source d’un irremplaçable échange d’expériences utiles pour chacun ! »
* Nous sommes une seule planète : https://www.youtube.com/watch?v=lkxJrIIok98&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=102
* Apologie de la mauvaise foi : L’inconsistante Apologie du carnivore de Dominique Lestel : http://www.cahiers-antispecistes.org/apologie-de-la-mauvaise-foi/
Introduction : « Depuis 15 ans, Dominique Lestel critique le discours philosophique traditionnel sur les animaux et pourfend l'idée qu'il y aurait « un propre de l'homme », idée qu'il qualifie de « toxique ». Il a ainsi étudié le vécu subjectif des animaux, la singularité psychologique de chaque individu. Pour Lestel, les animaux ont une vie mentale riche et les humains sont des animaux parmi les autres.
Bien souvent, adhérer à ces thèses n'empêche pas les éthologues ou les philosophes de manger de la viande. Mais ils le font généralement avec une mauvaise conscience plus ou moins prononcée. Lestel, au contraire, est fier de manger de la viande. Il va jusqu'à consacrer un pamphlet, paru en avril 2011, à « l'apologie du carnivore » et à la critique sévère des végétariens éthiques, ceux qui pensent que la consommation de viande est illégitime. Voilà qui semble bien difficile sans avoir recours à des arguments spécistes ou à des théories éthologiques surannées. Comment Lestel va-t-il s'y prendre ? »
Conclusion : « Lestel, dans ce livre, est à côté de la plaque. Son premier service sur les végétariens ne parle pas des végétariens, mais d'une caricature qui n'a pas grand chose à voir avec les végétariens réels. Ses arguments sont de grossiers sophismes fondés sur des confusions volontaires et des mensonges. Son second service consiste à appliquer l'éthique de chasseurs de subsistance à des humains qui mangent des animaux d'élevage sans aucune nécessité, par caprice. Son discours éthique est proprement délirant.
Je retiens toutefois quelque chose de positif de ce texte : quand on en est réduit à écrire tant de sophismes, de bêtises, de propos incohérents, c'est qu'on n'a pas d'argument. »
* Melanie Joy – Carnisme : http://www.cahiers-antispecistes.org/melanie-joy-carnisme/
Extrait : « Le chemin de la norme est celui de la moindre résistance. Nous le suivons quand nous sommes en pilotage automatique, sans nous rendre compte que nous agissons d'une manière que nous n'avons pas consciemment choisie.
Il est beaucoup plus facile de se conformer à la norme que de la contrer. Les aliments carnés sont facilement disponibles alors qu'on ne trouve pas partout des menus sans produits animaux. Les végétariens se trouvent souvent obligés de justifier leurs choix, ou de s'excuser du dérangement causé parce qu'ils ne mangent pas comme les autres. Ils sont fréquemment caricaturés ou tournés en ridicule. »
* Déclaration de Cambridge sur la conscience : http://www.cahiers-antispecistes.org/declaration-de-cambridge-sur-la-conscience/
Extrait : « Nous faisons la déclaration suivante : « L'absence de néocortex ne semble pas empêcher un organisme d'éprouver des états affectifs. Des données convergentes indiquent que les animaux non-humains possèdent les substrats neuroanatomiques, neurochimiques et neurophysiologiques des états conscients, ainsi que la capacité de se livrer à des comportements intentionnels. Par conséquent, la force des preuves nous amène à conclure que les humains ne sont pas seuls à posséder les substrats neurologiques de la conscience. Des animaux non-humains, notamment l'ensemble des mammifères et des oiseaux ainsi que de nombreuses autres espèces telles que les pieuvres, possèdent également ces substrats neurologiques. » »
* Le sépcisme (et indirectement l'antispécisme), en bref : http://www.cahiers-antispecistes.org/le-specisme/
* « Le combat animalier est frère des combats d’émancipation et de libération » : http://www.revue-ballast.fr/aurelien-barrau/
Introduction : « L’anthropologue Claude Lévi-Strauss estimait que « l'homme a resserré trop près de lui-même les frontières de son humanité ». À ne plus appréhender le monde qui nous entoure autrement que par ce que nous pouvons y prendre, nous n'avons de cesse de surexploiter le milieu naturel et de menacer sa capacité de régénération. Aurélien Barrau, astrophysicien, chercheur et auteur de l'essai Des univers multiples, est de ceux qui regardent avec la même passion le très lointain — des trous noirs à la gravité quantique — comme ce que, juste à nos côtés, nous refusons trop souvent de voir : le sort infligé aux animaux afin qu'ils puissent régaler nos assiettes. C'est sur ce dernier sujet, très précisément, que nous avons tenu à l'interroger. »
* Vincent Message : « Accomplir le projet inachevé des Lumières » : http://www.revue-ballast.fr/vincent-message/
Introduction : « Bien sûr, nous condamnons tous l'exploitation économique, le racisme, la domination masculine et l'homophobie. Bien sûr. Mais cette évidence de la lutte s'effondre dès lors qu'il est question des animaux : la dignité, bien sûr, mais seulement pour le petit cercle des humains. Les victimes de l'exploitation animale sont autrement plus nombreuses, pourtant, que celles causées par les abominations sus-mentionnées — on dira, offusqué, que ce n'est « pas pareil ». Ça ne l'est pas, en effet : les hommes oppriment au grand jour leurs semblables mais suppriment les bêtes à l'ombre — les sociétés industrialisées, supposément transparentes et hostiles à la violence, planquent leurs abattoirs. Ce mois-ci, plusieurs manifestations (à Paris, Kyoto, Sydney, Los Angeles ou Buenos Aires) ont exigé leur fermeture. Le romancier Vincent Message monte au front avec Défaite des maîtres et possesseurs : ses pages mettent en scène un futur proche, si proche qu'on peine à le situer, dans lequel l'Homo sapiens n'est plus l'espèce dominante. Une autre, « supérieure », traite les humains de la même façon que nous traitons les animaux au quotidien. Un roman, proche du conte philosophique, qui appelle à penser l'émancipation dans toute sa cohérence. »
* Selon une "étude : si tout le monde devenait végétalien, on sauverait 8 millions de vies" (7,3 avec régime végétarien) : http://sain-et-naturel.com/monde-devenait-vegetalien-vies.html
Extrait : « L’équipe de l’Oxford Martin School a donné  les résultats de son étude dans une revue scientifique américaine sérieuse (la PNAS). Elle dit aussi que réduire grandement la consommation de viande pourrait permettre d’économiser presque 1,9 mille milliards d’euros si l’on prend en compte tous les dégâts liés au changement du climat."
"L’étude montre que si tous les habitants du monde adoptaient un régime plus équilibré, avec moins de viande et plus de fruits et légumes, 5,1 millions de décès seraient évités. Ce chiffre monte à 7,3 millions si nous adoptions tous un régime végétarien, et à 8,1 millions si nous devenions tous végétaliens.
Un régime plus équilibré permettrait aussi de réduire de deux tiers les émission de gaz à effet de serre et de diminuer les émissions liées à la production alimentaire de 30 % ; cela monterait à 63 % avec un régime végétarien et à 70 % avec un régime végétalien. »
* « Rien ne pourra être plus bénéfique à la santé humaine, ni accroître les chances de survie de la vie sur la Terre, qu’une évolution vers un régime végétarien. »
– Albert Einstein
Les végétariens célèbres et leurs citations : http://lesvegetariens.com/les-vegetariens-celebres-et-leurs-citations/
* Matthieu Ricard: "Les animaux ne sont pas des moyens pour nos fins" : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/matthieu-ricard-les-animaux-ne-sont-pas-des-moyens-pour-nos-fins_1801705.html
* TERRIENS (Earthlings) : https://www.youtube.com/watch?v=FM_wAN2id58&index=17&list=PL9C4E9847954BBFF4
* Comment nourrir tout le monde : https://www.youtube.com/watch?v=gBsBxpaG7b8&list=PL9C4E9847954BBFF4&index=15
* L'éthique de Léon Tolstoï : http://liberationanimale.com/2010/07/19/vegetalisme-ethique-leon-tolstoi/
Extrait : « TOLSTOI ET GANDHI
Lorsqu’il est incarcéré en Afrique du Sud, en l909, Gandhi (1869-1948) lit du Tolstoi. Il considère ce dernier comme « l’homme le plus véridique de son temps », déclarant même que « la Russie lui avait donné en Tolstoi, un gourou». Peu après sa sortie de prison Gandhi fonda « Tolstoy Farm » (La Ferme de Tolstoi) près de Johannesburg, une commuauté rurale dédiée à l’ahimsa. Au nom de la non-violence, la nourriture y est végétarienne et la chasse interdite. Tout comme Tolstoi, Gandhi pensait que toutes les violences sont liées et que le « meurtre d’une vache et le meurtre d’un homme sont les deux côtés de la même médaille. »
Une des dernières lettres de Tolstoi est datée du 7 septembre 1910 et s’adresse à Gandhi. Cette longue missive est presque comme un testament sur son refus absolu de la violence basée sur le droit du plus fort. Que faire, se demande Tolstoi, contre la « criminalité qui augmente, le chômage, le luxe grandissant, insensé, des riches et la misère des pauvres, le nombre croissant des suicides ? » Il n’y a qu’une solution, écrit-il à Gandhi, celle de la « reconnaissance de la loi d’amour et du refus de toute violence….car l’amour est la loi supérieure, unique de la vie humaine ».
Pour ce Tolstoi si proche de la mort, pour l’anarchiste, le rebelle qui pendant toute sa vie a refusé l’autorité, l’exploitation et l’asservissement des plus vulnérables, ne compte plus que l’ultime pouvoir que les humains possèdent tous, en leur âme et conscience : celui de se libérer et de libérer tous les êtres vivants. »
* Vegan Pratique de L214 (fiches sur la nutrition, conseils et recettes) : http://vegan-pratique.fr/
* Le changement par l'assiette (avec compléments en commentaires - compilation vidéos, liens, recettes pour les fêtes et tous les jours, témoignage de Bill Clinton, histoire de soja etc.) : http://www.lejournaldepersonne.com/2013/02/le-changement-par-lassiette-p-lamachere/
* Le message par l'art-philo :
- Le petit raciste : http://www.lejournaldepersonne.com/2014/04/petit-raciste/
- Le vieux Monsieur : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/le-vieux-monsieur/
- La loi de la jungle : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/loi-de-jungle/
- Le marché : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/le-marche/
- Que demande le peuple ? : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/que-demande-le-peuple/
- Qui décide ? : http://www.lejournaldepersonne.com/2012/10/qui-decide/
- Islam ou islamisme : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/islam-ou-islamisme/
- Touche pas à l’islam : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/touche-a-lislam/
- Parole d’honneur : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/parole-dhonneur/
- La prestitution : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/la-prestitution/
- Bronzés, argentés, dorés ! : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/08/bronzes-argentes-dores/
- J.O : Le crépuscule des idiots : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/08/j-o-crepuscule-idiots/
- Idem-Système : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/07/idem-systeme/
- Je change les règles : http://www.lejournaldepersonne.com/2014/07/je-change-les-regles/
- L’humanité c’est moi ! : http://www.lejournaldepersonne.com/2011/11/lhumanite-cest-moi/
- Ultimatum : http://www.lejournaldepersonne.com/2012/04/ultimatum/
- Non négociable : http://www.lejournaldepersonne.com/2011/11/non-negociables/
- Je crois entendre encore : http://www.lejournaldepersonne.com/2014/01/je-crois-entendre-encore/
- Libérez-vous du libéralisme ! : http://www.lejournaldepersonne.com/2015/12/liberez-vous-du-liberalisme/
- LES TERRORICHES : http://www.lejournaldepersonne.com/2015/06/les-terroriches/
- Déclinaison : http://www.lejournaldepersonne.com/2012/10/declinaison/
- Dans quel but et pour quelle fin ? : http://www.lejournaldepersonne.com/2011/07/dans-quel-but/
- La politique n'est plus ce qu'elle était ! : http://www.lejournaldepersonne.com/2015/03/la-politique/
Pour ceux qui découvrent Personne et son journal, et pour ceux qui n’auraient pas encore fait le tour des archives, vous trouverez plus de 1000 billets-vidéos sur la chaîne youtube : http://www.youtube.com/user/lejournaldepersonne
Le site du journal de Personne : http://www.lejournaldepersonne.com
Page fan Facebook de son journal : https://www.facebook.com/lejournaldepersonne
Sa page perso : https://www.facebook.com/infoscenariodePersonne
* E-zine Journal de Personne JUILLET-AOÛT 2016 : http://www.lejournaldepersonne.com/lejournaldepersonnejuilletaout.pdf
* Personne s'autoproduisant, elle ne peut compter que sur notre soutien, le soutien des internautes, alors si vous en avez l'élan, pour soutenir Personne et le film "Le procès d'un procès" vous pouvez devenir coproducteur donateur (comprend lien d'accès à la page où vous pourrez voir le film) : http://www.lejournaldepersonne.com/campagne-de-soutien-film-proces-dun-proces/
ou passer par la case "Campagne de soutien pour les films et le journal de Personne" : http://www.lejournaldepersonne.com/campagne-de-soutien-films-journal-de-personne/
* Divers liens (art, actualité, alternatives diverses) : http://www.lejournaldepersonne.com/personneapersonne.php
* * * * *
* * * *
Regard d'effets
Inspiré de : Islam ou islamisme : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/islam-ou-islamisme/
Ici-bas, des regards sur tout un chacun,
Suivant des points de vue particuliers,
Les préjugés à petit se défont, grain après grain ;
Au-delà des guerres, des écarlates versées,
Même si, du ciel dans les cœurs peut s'incarner.
Du ciel dans les cœurs,
Des éclats et quelques nuages,
De temps en temps des orages
D'ici ou d'ailleurs
D'ici ou d'ailleurs,
Des images du monde,
Des bascules en une seconde,
Des collines en fleurs
Des collines en fleurs,
Des obus et des tranchées,
Devant des créateurs d'armées,
Derrière, autre part, des valeurs
Derrière, autre part, des valeurs
Du courage et de la volonté,
Et de la conscience en sculpteur,
Des causes et des effets
Des causes et des effets,
Tel un bouillon de culture,
Interactions du monde et des idées,
Entre l'horizon passé et le futur
Entre l'horizon passé et le futur,
Le présent se vie,
Une fenêtre sur l'obvie,
Sur une idée de voie de paix en écriture
Sur une idée de voie de paix en écriture
Une vision des prochains
Et du terrorisme contemporain,
Des guerres en pâture
Des guerres en pâture
Dans le saccage de la nature
Des beautés de l'univers,
Et dans les méprises de l'ère
Et dans les méprises de l'ère,
Jusque sur les océans et le contenu de la terre,
Sur les dormeurs des bancs et les pavés cendrés,
Un conditionnement, du particulier à de la collectivité
Un conditionnement, du particulier à de la collectivité,
Des peuples et des responsabilités,
Des réflexions, des solutions à façonner,
Des instants et des essais partagés
Des instants et des essais partagés,
Du ciel dans les cœurs,
En toutes saisons, d'ici ou d'ailleurs,
Des regards liés, affûtés.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
Explorations
Inspiré de : Mon mode d’emploi : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/mon-mode-demploi/
Les explorateurs du net œuvrent,
Des univers s'enchevêtrent,
De l'esprit à la manœuvre,
De vague en vague, se partage,
Se tisse, se joue des lettres,
Se découvre, s'invente des rivages,
S'expérimente, se tente, s'offre, s'élève,
Puis un déclic, une révélation, une porte,
Une ouverture de la conscience,
Se sculpte, se façonne des rêves,
Cieux et flots tapis de toutes sortes,
S'enrichit des visions de l'existence,
A côté des bas, des éclats, des crues,
Des chutes et des envolées, lignes et ponts
Du palpable à l'impalpable, interaction,
Sur une planète, dans un bureau ou dans une rue,
S'ancre des plans de route, une voie,
Une aspiration au cœur des cimes,
Des idées à germer, cultiver, fleurir en soi
Et au dehors, suivant l'élan, les maximes.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
En marche
Inspiré de : Trump-Clinton : Jetez le bébé ! : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/trump-clinton-jetez-bebe/
Deux principaux candidats au siège de la même maison blanche,
Une seule place pour l'orchestration face aux médias,
Dans l'arène, chacun fait ses coups, affûte, tranche,
Avec une armée de papiers verts derrière, dont des Panama
Des manches, des rounds, des projecteurs, des sujets,
Des prismes posant, s'opposant, sont annoncés,
Trump, Clinton, Clinton, Trump, des viseurs décident,
Jouent le jeu, surplombent les états bastides
Deux candidats pour un seul siège, de la sueur et des mots,
Des tripes et des idées lancées en l'air pour l'adhésion,
Des montagnes russes à passer, des risques à prendre, hisser haut,
Avec des bras musés, et une visée juste pour la propulsion
Des manches, des sujets, Trump contre Clinton face au monde,
Pour un système, des marchés, à côté des frondes.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
Armes sous presse
Inspiré de : Touche pas à l’islam : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/touche-a-lislam/
Des humains sur les routes,
Sur le fil des instants,
Depuis, vers une aspiration,
Mais çà et là des soutes
Et à chaque croisement
Peut surgir une liquidation,
De la trame du monde
Des histoires se déroulent ;
Participant d'une version
Qui peut faire ses ondes,
Des médias y posent un moule,
Des vagues à réactions ;
Une, germe pour de la paix,
Des réflexions sur le sujet
Des armés sur les voies,
Des marchands aiguillent
Et des états anguilles,
Dont un pointé du doigt
Avec tout ce qui y est plaqué,
Des amalgames pressés, relayés,
Mais peut encore se désimpacter
Des humains sur les routes,
Des partis pour les tombes,
Des balles s'y alimentent,
Une enquête se met en joute,
Se forge un plan colombe,
Que des impressions conscientes
Tracent, vivent leur chemin sous la voûte.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
D'instant en instant
Inspiré de : Oubliez-moi ! : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/oubliez-moi/
Au fil de l'instant, se fait l'histoire,
Des liens à petit se font,
Puis un instant tout balaye,
Bascule, du crépuscule, le soir,
Tout s'efface la nuit, sans dilution,
Des souvenirs s'endorment sans réveil
Au fil de l'instant, pour l'un, tout est parti,
Pour d'autres, restent des traces,
De l'encre sur la rive du temps,
Des regrets, mais de la volonté, et la vie
Qui continue et compose les préfaces,
Telle l'aube, l'étant d'un nouveau jour, un printemps
Au fil de l'instant, se fait l'histoire,
Chaque a sa respiration et son horizon,
Les statues de poussières derrière,
Cendres et renaissance dans chaque bougeoir,
Libre dans l'ici et maintenant en création,
De composer le long de la rivière.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
Différences sans différences,
Des ressemblances dans la différence
Inspiré de : La loi de la jungle : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/loi-de-jungle/
Des différences,
Mais cœur battant en chacun,
Face au mal et bien
Des ressemblances,
Le cœur rongé ou léger,
Des aspirations
Des visions tranchées,
Lois adverses mais d'hommes
Tracent l'histoire
Vue de la nasse,
Système à tout ficeler,
Propice aux tensions
Des en profitent,
Agitation politique
Pour gagner place
Des cœurs s'élèvent,
Se lèvent, ouvrent du ciel,
Cherchent d'un à tous

Des différences,
Des consciences qui se lient,
Expression de vie

Des ressemblances,
Des voies alternatives,
Un monde à ancrer
Si guerre aux portes,
Les conflits, loi du plus fort,
Saurons-nous tendre ?
Que voterons-nous ?
La réflexion, l'écoute,
Avec nature ?
Au fil des saisons,
Des leçons, r-évolutions,
Des hommes et une terre.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
Poussières d'étoiles
Inspiré de : Nos ancêtres les hors-la-loi : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/nos-ancetres-loi/
Il fut un temps hors de notre conception du temps,
Puis l'océan infini de la nuit se révéla d'innombrables,
Des boules de feu et de terre, puis des formes de vie,
Tous enfants de la même source, du même élan,
Et un jour, des poussières d'étoiles façonnées sur le sable,
Se développa l'humanité, des voies dans le monde et des parvis,
Des champs, des cités, des ponts, des cultures et des canons,
Des murs, des frontières, des pays et des espaces à l'horizon,
Des volontés contraires et des proches, du particulier et du commun,
Des histoires effacées, oubliées, des tues, des imaginées et des révélées,
Des chaumières aux plus hautes tours construites de toutes mains,
Et des aspirants à un trône politique prêts à jongler,
A faire à leur sauce dans l'idée de convaincre et obtenir un blanc-seing ;
Quel horizon se fera ? Il est un temps, d'hier à d'aujourd'hui, d'aujourd'hui à demain.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
Rendez-vous avec l'histoire
Inspiré de : Que demande le peuple ? : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/que-demande-le-peuple/
Il était une fois des hommes, un peuple,
Des idées et dessins dressés sur l'horizon,
Des promesses et des aspirations braisées,
Des cendres, des traverses, des dérivations,
Des foyers, des voies, des places, des cités
Il était une fois des hommes, un peuple,
Une scène politique pour orchestrer,
Une histoire déroulée et une à dérouler,
De la trame particulière à la commune,
Des écoutes et des paroles aux tribunes
Il était des marchés et des compromissions
Soumis à des clous et des faiseurs de guerres,
Des hommes de pouvoir sans pouvoir d'inspiration,
Et des instants où tout horizon peut se faire
Il était des droits et devoirs à constituer,
Un modèle de société pouvant faire écho,
Insoumis aux tyrans et briseurs de roseaux ;
Une histoire à des urnes pouvant s'ancrer.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
Quelques mots sur-le-champ,
Inspiré de : Parole d’honneur : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/parole-dhonneur/
"Je promets de tenter de faire au mieux,
en mon âme et conscience,
De servir suivant cet élan,
de ne pas perdre de vue les cieux"
Les saisons changent comme les humeurs,
l'humanité marque la nature,
Aux croisements des voies, bouillon de culture,
Destructions, constructions, boutures
Se lient, tous les petits gestes et les cadres,
l'enrichissement des bibliothèques,
Les connaissances et les créations
dans l'idée qu'un jour cesse les pillages, les escadres
Les saisons rythment l'environnement,
comme le système des pas et des consciences sur les pavés,
De l'humanité peut influer sur l'un et l'autre,
continuer de vider les océans, les forêts, ou chercher à s'harmoniser
Se lie, face aux automatiques et ficelles,
contre les dévoiements, les rivières écarlates,
Pour l'empreint aux générations d'aujourd'hui et de demain,
un tout qui mène sa barque sur les flots du temporel
"Je grave une parole sur une rame,
de celle que l'on s'emploie à tenir
Au-delà des surprises de l'horizon
et des instants cendrés en vagues souvenirs"
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
Ah ! msieur Zemmour !
Inspiré de : Une séance de déradicalisation : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/seance-de-deradicalisation/
Il déformait, détournait, parlait de guerre,
Pour son livre et son étrange idée du pays ;
Elle de paix pour laquelle on ne se bat guère,
De grâce et de grandeur, pour la beauté de vie
Il mettait dans le même sac, sur l'échafaud,
Le bas et la cime, à mort, il prêchait du faux ;
Elle cherchait le fil, la justesse des idées,
Erreurs et vérité, instants d'humanité
Il allait d'émission en émission, écho,
Pour faire régner l'ignorance et trôner dessus ;
Elle au souffle de la création, le tissu
Pour les visions et que "justice" de tous éclot
Il faisait le jeu d'une scène maquillée,
Divisait, usait éclats pour multiplier ;
Elle aspirait, inspirait, du peuple à s'unir,
Incarner, (s')ouvrir de la voie, y réfléchir
Il parlait de guerre, sa vision du pays,
Au prisme particulier, sans vibrer le cristal ;
Elle de grandeur divine, de remède au mal,
Pour déradicaliser, étoiler au tapis.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
Ondes pressées
Inspiré de : La prestitution : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/la-prestitution/
En presse,
des intérêts,
des âmes de papier
clairsemées,
reposant sous la poussière
des encres vendues
sur les places boursières,
et quelques corps fendus
En presse,
des idées
pour conserver
tout en érodant,
en vitesse gravant
l'urgence du temps
perçu au prisme lavé,
et des nouvelles pour combler
En presse,
le programme des ondes,
reprises en écho,
rectos sans versos,
des joueurs de flûtes sans sondes,
reprenant le même air,
de la créativité au vestiaire,
et le monde dans leur marché de pairs
En presse,
des marges,
des intérêts,
des recharges,
des âmes de papier
sous les codes pour la doxa,
du pouvoir tentaculaire délégué ;
et des connaissances à faire par chacun de soi.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
Saveur de paradis
Inspiré de : Les félins : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/les-felins/
Ils s'étaient embarqués sur les flots, vers l'inconnu,
Partis de la terre qui a les a vus grandir,
La plupart un peu noués, ne sachant s'ils allaient aboutir ;
A chaque grosse vague, ils avaient senti le fil de vie ténu,
Loin de l'esprit des aventuriers du passé, des grands espaces,
Leur prière traversant mer et terre pour survivre à la menace.
Ils avaient été secourus ou avaient filé jusqu'au rivage,
Une partie d'eux restée ailleurs mais pouvant suivre le sillage,
Et les étoiles et les comètes retrouvaient dans des yeux
L'indescriptible au coeur de ceux qui cueillent l'instant.
Ils poursuivirent sur les routes jusqu'à ce qu'on décide d'eux,
Retrouvèrent la peur des flots dans une jungle humaine, des camps.
Ils regardaient l'horizon incertain et l'instant comme enfermé,
D'aucuns y perdirent, se découragèrent, prêts à tout,
D'eux aux oubliettes, des voies s'évanouirent dans la boue,
Celles et ceux qui y ont survécu, au-delà des feux désarmés,
De la scène politique agitée, continuent de tracer leur vie,
Loin de ce qu'ils ont fui, dans un présent à la saveur de paradis.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
Résistance
Inspiré de : Le vieux Monsieur : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/le-vieux-monsieur/
Ils faisaient face aux urnes, les points levés,
Les semelles usées par les longues marches,
Les traits tirés mais les yeux au rêvé,
Et sur un bout de papier, tout leur panache
Ô peuple, qu'allez-vous maintenant décider ?
Question lancinante qui s'effacera au soir,
Le vieux Monsieur s'en est déjà fait une idée,
Il a fait, fera au mieux entre les isoloirs
Après avoir estimé l'évolution
En compagnie de peuple, d'aspirations,
Il est prêt à continuer, marche après marche,
Pierre après pierre, à faire une belle arche
Insoumis dans les rangées du capital,
Aux forces destructrices de l'environnement,
Le cœur forgé au souffle des résistants,
S’arpente la voie pour re-tisser le social.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
Enquête
Inspiré de : La soumise : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/la-soumise/
Il regardait dans les miroirs du passé
La différence entre de son aspiration
Et les éclats gravés sans trop d'attention ;
Semblait lui prouver qu'il était doué
Pour se mettre des bâtons et gâcher.
Un écho le rassurait : "la trame est un tout,
Tu peux laisser les regrets de côté."
"Oui, mais quand même ! C'est peu ou prou
Comme des malentendus entre soi et soi !"
L'écho : "Est-ce que tu es sur de bien voir ?
Et tu ne peux t'en vouloir de ne pas tout savoir !"
"Certes, la connaissance s'éprouve, il y a Minerve et sa loi,
Ses chouettes, où joue l'expérience, la compréhension ;
Certes, la vie, les événements sont un tout
Où tout instant peut participer de l'aujourd'hui en création ;
Certes, il y a les rôles et les circonstances dans la roue ;
Mais..."
"Mais si tu peux apprendre du passé, la vie est au présent,
Où tu peux t'y instruire encore et encore,
Cultiver, sentir, écouter, goûter, offrir, frémir du for,
Saisir la conscience, méditer, ajuster, à volonté tissant,
Creuser, avancer, et tu trouveras... ce que tu trouveras !"
Il regarda l'instant, songea, acquiesça,
Plongea le nez dans quelques parchemins,
Savoura un chant, puis se remit en chemin.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
Instants mélancoliques
Inspiré de : Le Coran et le papillon : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/le-coran-et-le-papillon/
Je regardais sur le cours du fleuve,
Des jours où des vagues rentrent à l'intérieur,
Des où se forment les éclats de charbon
Sous le broyage, apparaissant comme preuve
Mon balai laissé de côté, à l'ultérieur,
Les instants cendrés et l'horizon vagabond,
Les tableaux noircis et la voile pliée,
Je sentais au gré des courants liés
J'écoutais, serré, noué, les battements,
Doute de soi, les clapotis et les notes ailées,
Les mots justes et les drôles de jugements,
Le besoin de dire mais retenu avant l'allée
Le temps passé entre accalmies et intempéries,
Gravé l'idée que prenne grande part la nuit,
Jusqu'à ce que des phrases déc-ouvrent du ciel,
Savoure, pages dénouées, l'élan hirondelle.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
Inspiré de : Clichés : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/cliches/
A l'instant saisi,
Communs sur la balance
D'identités
La terre des mots,
Culture en évolution,
Les souffles cueillent
Ils portent au prisme,
Regard distille essence,
Orchestre dans l'ère.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
* * * * *
* * * *
Imaginez
Inspiré de : Imagine : http://www.lejournaldepersonne.com/2016/09/imagine/
Imaginez,
un pont entre les êtres,
sans forcément tout dévoiler,
selon la volonté
Imaginez,
à coeur ouvert,
de l'univers,
des mondes en création
Imaginez,
des rêves qui le restent,
des rêves aspirés à réaliser,
une réalité qui dépend du regard
Imaginez,
allô ?! au bout du fil,
l'imagination à l'ouvrage
qui tisse dans l'élan musé
Imaginez,
au-delà des multiples lectures,
battant la mesure,
le plaisir de créer
Imaginez,
le besoin de conter,
pour la catharsis
ou pour faire résonner
Imaginez,
des liens qui se tissent
entre les idées
et les lignes de la nature
Imaginez,
des champs à cultiver
avec des épopées,
puis des graines dans le moulin
Imaginez,
pétrir le pain,
puis le partager
sur l'autel de l'ère
Imaginez,
à la source de l'encre et des pages,
crées puis tournées
avec la trame du monde
Imaginez,
l'infinité possible de variations,
rien qu'avec une goutte d'eau sur la table
et les jeux de lumière
Imaginez,
les forces de la vie,
les brassages de culture,
la création d'instant en instant
Imaginez,
vos souhaits, du présent à l'horizon,
des gestes, des regards, de l'action,
des peuples en évolution
Imaginez,
une fois un livre fermé
et un autre commencé,
les vases communicants
Imaginez,
les mots suivre leur cours
comme le vent fait voyager les nuages dans les cieux,
et le sens se trouver selon le point de vue
Imaginez,
le tout d'une réalité,
au-delà des parties de l'imaginaire,
des voies incarnées.
© Pas­cal Lama­chère
http://pascal.lamachere.free.fr
Bon début d'automne, mois d'octobre !
@ peluche !

Hors ligne

Pied de page des forums